Historique du village

Origine de son nom

Quarouble est un nom de situation.

Il vient du latin populaire "Karubium" qui signifie carrefour ou quatres chemins.

On note à cet égard qu'il existe un Karubium à la jonction des rues Berlinguin (rue Valmy Coquelet), du Petit Rombies (rue Salengro), du Moulin (rue Vaillant Couturier) et de la Grand'Rue (rue Gambetta).

 

Place de l'église en 1937
Place de l'église en 1937

Quarouble a donné son nom à une riche et influente famille. Gérald de Quarouble est mentionné en 1096.
La famille de Quarouble s'éteignit vers la fin du XVIème siècle par la mort de Marguerite de Quarouble, veuve d'Adrien de Montoye, vicomte de Roulers.

La population

C'est plus tôt vers la fin du IXème siècle que dut se constiuer la première agglomération.

La population devait se composer principalement de serfs attachés à la terre féodale.
A Quarouble, la méthode de culture partageait la terre en trois voies : l'une ensemencée de céréales d'Automne, l'autre de céréales de Printemps et la troisième à l'état de versaine ou jachaire.

Vers le milieu du XIVème siècle Quarouble possède vraisemblablement quelques centaines d'habitants.En 1469, la population du village était encore des plus faibles. Quarouble possède 66 feux, (Onnaing : 105 feux - Sebourg : 85 feux - Quévrechain : 45 feux).En 1576, le village possède 110 à 120 maisons.La population de Quarouble semble rester à peu près stationnaire au cours du XVIIème siècle.En 1699, Quarouble possède 457 habitants.La population de Quarouble s'accroît d'une manière assez rapide vers la fin du 18ème siècle : de 1146 habitants en 1789 elle s'élève à 1203 en 1795. Les guerres de la Révolution les ramènent à 1152 habitants en 1800.En 1806, la population est de 1308 habitants répartie en 246 familles.En 1957, on compte 870 maisons pour 2959 habitants.Lors du recensement de 1990, on évalue la population à 3256 habitants.Actuellement nous sommes 3216 habitants répartis en 1250 foyers.

Le carrefour des 4 pavés dans les années 30
Le carrefour des 4 pavés dans les années 30

Situation géographique

La ville de Quarouble se situe à 9km au Nord-Est de Valenciennes et à environ 56km de Lille.
Elle a pour "voisines" les villes de Crespin, Quièvrechain, Rombies et Marchipont, Onnaing, Vicq, Fresnes sur Escaut, Condé sur Escaut et Thivencelle.
Quarouble se situe entre Valenciennes et la frontière belge sur la route départementale 630.
Elle fait partie de la 21ème circonscription de Département du Nord et de la Communauté de Communes de Valenciennes Métropole.
Les accès routiers pour se rendre à Quarouble sont l'A2, la RD 630 et les CD 50A et B.
Quarouble s'étend sur 1202 hectares.

Vue aérienne de Quarouble
Vue aérienne de Quarouble

Situation Géologique

Quarouble est situé sur un pays de plaine.Le sol y est généralement d'une extrême fertilité. Argileux et mêlé de calcaire au Sud et de sable à l'Est, il est spongieux, légérement tourbeux au Nord, dans les prairies connues sous le nom de Vaucelles.
L'altitude moyenne au sol est de 26 mètres.

Une vieille tradition : la culture de la chicorée à café

Au cours des siècles, la principale activité de Quarouble fut la culture du blé, de l'orge, de la betterave, des pommes de terres et surtout de la chicorée à café.  

Le fondateur, Charles Giraud se mit en tête de renouveler et de diversifier sa production. La première fabrique de chicorée en France fut établie à Onnaing en 1798. Peu à peu, la spécificité s'étend à la localité de Quarouble.En 1932, elle constitue "la principale industrie d'Onnaing et la première occupation de Quarouble".

Le Valenciennois apparaît à divers tires comme le berceau de la chicorée dans le Nord. La consommation de chicorée se développe de plus en plus, on parle d'elle comme d'un accessoire obligé du café qui rappelons-le à cette époque coûtait dix fois plus cher que la chicorée.

La chicorée est également connue pour ses vertus digestives et représente le café "du pauvre et de l'ouvrier du Nord de la France". Les techniques d'arrachage de la chicorée n'ont pas beaucoup changé : on déterre toujours les racines, on les découpe et on les charge avant de commencer les opérations de séchage. Cet arrachage se pratiquait en famille à la main et selon la saison. Actuellement cette culture est entièrement mécanisée.

Malgré les nombreux avantages que la chicorée offre, elle connaît un véritable déclin à la fin du XIXème siècle. Cependant, elle a permis de préserver les campagnes de l'exode rural notamment en donnant du travail pendant les mauvaises saisons.

En 1879, on compte dans l'arrondissement de Valenciennes près de 50 fabriques. Au début du XXème siècle, il n'en existe plus qu'une quinzaine. Quarouble en a compté cinq : François Quinet, Emile Cazin, Cazin-Caron, Fernand Paris et Henri Ficheux.Avec la guerre et la crise de 1929, le déclin se poursuit. S'il n'existe plus de fabrique à Quarouble, la culture de la chicorée subsiste cependant de nos jours. Elle n'est pas la seule culture spécifique à Quarouble. On y exploite aujourd'hui la mauve et la guimauve, le bleuet et le soucis, à des fins médicinales.

Fabrique de chicorée
Fabrique de chicorée
Champ de fleurs médicinales
Champ de fleurs médicinales